Charles Merlin

Une demande ? Contactez Charles !

Osez être tactile !

Bien que son utilité puisse sembler limitée au premier abord, le contact physique occupe pourtant une place aussi subtile que fondamentale pour notre bien-être. Au cours des dernières années, les recherches ont montré que le toucher est bien plus qu’un outil qui nous prévient d’un danger ou qu’un sens qui nous permet de percevoir les températures ou les textures : il s’agit également d’une composante essentielle de notre bien-être physique, mental et émotionnel.

 

 

 Un rapport au toucher défini par notre culture

Certaines cultures occidentales voient le toucher d’un mauvais œil lorsqu’il sort des sphères amoureuses ou familiales. A l’inverse, le contact physique est beaucoup plus courant dans d’autres cultures comme en Amérique latine. Une étude[1]Jourard, S. (1966). An Exploratory Study of Body-Accessibility. réalisée dans les années 1960 montre bien cette opposition : un chercheur s’est rendu dans différents pays pour analyser la place qu’occupait le toucher dans des conversations entre deux personnes. Chaque conversation a été observée pendant la même durée (1 heure) et le chercheur a comptabilisé le nombre de contacts physiques entre les deux participants. Les résultats sont étonnants : les deux amis anglais ne se sont pas touchés une seule fois et les Américains seulement deux fois. Dans une tout autre mesure, le nombre de contacts est monté à 110 chez les Français et à 180 fois chez les Portoricains.

 

Vieux amis à Cuba

Deux amis à Cuba

 

Dans la même lignée, des chercheurs des universités d’Oxford et d’Aalto ont déterminé un “indice de touchabilité” par pays[2]Suvilehto, J.T. et al. (2015). Topography of social touching depends on emotional bonds between humans. en analysant la propension des individus à se laisser toucher par une personne en fonction du degré d’affinité qu’ils ont avec cette dernière. Résultat : les Finlandais, suivis par les Français, sont les plus disposés à recevoir un contact physique. A l’inverse, les Britanniques sont les plus récalcitrants à se laisser toucher.

 

Indice de touchabilité par pays

Indice de touchabilité des pays en fonction de la proximité affective entre les deux personnes

 

L’évolution nous a légué l’élan naturel de nous toucher mais notre époque nous transmet subtilement la tendance de le refréner par peur du jugement, du ridicule ou de la morale. Or, s’il existe de bonnes raisons d’être sur la réserve dans certains contextes, les recherches montrent toutefois que faire du non-contact une norme par défaut nuit globalement à notre bien-être.

 

La primatologue Dian Fossey

 

Dans la suite de cet article, le terme “toucher affectif” sera utilisé pour faire référence aux gestes tactiles utilisés pour démontrer de l’amour, de l’affection ou de l’attention de manière non sexuelle[3]Floyd, K. (2006). Communicating affection: Interpersonal behavior and social context. comme une bise, une caresse, une tape, une accolade ou un “hug”, un “high five”, un “fist bump”, un “check”, etc.

 

 

Ce que disent les recherches

 

Nous sommes « câblés » pour être touchés

Lorsque nous recevons un geste tactile bienveillant comme une tape amicale, une caresse ou une étreinte, un système spécifique de fibres nerveuses s’active : on les appelles les fibres CT[4]Olausson, H. et al. (2016). Affective Touch and the Neurophysiology of CT Afferents.. Elles se situent sous la peau pileuse – la peau qui comporte des poils, même très petits – et sont spécialisées dans la détection et le traitement des formes affectives de toucher : elles se mettent uniquement en éveil lorsque le stimulus est léger, lent et dont la température ne dépasse pas 32 °C, soit précisément la température de la peau[5]Ackerley, R. et al. (2014). Human C-Tactile Afferents Are Tuned to the Temperature of a Skin-Stroking Caress..

 

Fibres et récepteurs de la peau pileuse

Fibres et récepteurs nerveux d’une peau pileuse (à gauche) et d’une peau lisse (à droite)[6]McGlone, F., Wessberg, J., & Olausson, H. (2014). Discriminative and affective touch: Sensing and feeling.

 

Lorsqu’elles se mettent en action, les fibres CT activent des zones du cerveau responsables du sentiment de récompense et de la gestion des informations émotionnelles et sociales comme le cortex orbitofrontal, le cortex insulaire ou l’amygdale[7]Gordon, I. et al. (2011). Brain mechanisms for processing affective touch. [8]McGlone, F. et al. (2012). Touching and feeling: differences in pleasant touch processing between glabrous and hairy skin in humans. [9]Rolls, E.T. et al. (2003). Representations of pleasant and painful touch in the human orbitofrontal and cingulate cortices. [10]Rolls, E.T. (2000). The Orbitofrontal Cortex and Reward. [11]Löken, L.S., Wessberg, J., Morrison, I., McGlone, F., & Olausson, H. (2009). Coding of pleasant touch by unmyelinated afferents in humans. [12]Morrison, I., Björnsdotter, M., & Olausson, H. (2011). Vicarious responses to social touch in posterior insular cortex are tuned to pleasant caressing speeds..

L’activation de ces régions cérébrales procure alors une sensation gratifiante et satisfaisante parce qu’elle entraîne des changements neurobiologiques significatifs. En effet, les formes affectives de toucher libèrent des substances qui jouent un rôle transversal et essentiel pour notre bien-être : l’ocytocine et des opioïdes endogènes.

 

La peau, point de départ d’une neurochimie du bien-être

L’ocytocine a été baptisée “hormone de l’amour” ou “hormone du câlin” parce qu’une caresse, un baiser ou tout autre contact affectif augmente la sécrétion d’ocytocine dans le cerveau[13]Uvnäs-Moberg, K. et al. (2005). The psychobiology of emotion: the role of the oxytocinergic system. [14]Insel, T.R. et al. (1992). Oxytocin–a neuropeptide for affiliation: evidence from behavioral, receptor autoradiographic, and comparative studies.. Par exemple, les personnes qui reçoivent plus souvent des étreintes ou des “hugs”[15]Light, K.C. et al. (2005). More frequent partner hugs and higher oxytocin levels are linked to lower blood pressure and heart rate in premenopausal women. et les couples qui se touchent plus souvent de manière affectueuse[16]Holt-Lunstad, J. et al. (2008). Influence of a « warm touch » support enhancement intervention among married couples on ambulatory blood pressure, oxytocin, alpha amylase, and cortisol. rapportent des niveaux d’ocytocine plus élevés.

Or l’ocytocine présente des effets bénéfiques capitaux : elle réduit l’anxiété et la réaction au stress[17]Smith, A.S. (2012) Salubrious effects of oxytocin on social stress-induced deficits., elle facilite le lien social en développant la confiance[18]Kosfeld, M. et al. (2005). Oxytocin increases trust in humans. et les attitudes généreuses envers les autres[19]Zak, P.J. et al. (2007). Oxytocin Increases Generosity in Humans, elle favorise l’adoption d’approches pacifiques lors de conflits interpersonnels[20]Ditzen, B. et al. (2009). Intranasal oxytocin increases positive communication and reduces cortisol levels during couple conflict. et elle permet de considérer des tâches stressantes comme des défis plutôt que comme des menaces[21]Kubzansky, L.D. et al. (2012). A Heartfelt Response: Oxytocin Effects on Response to Social Stress in Men and Women..

 

« L’ocytocine est à l’amour et à l’attachement ce que l’adrénaline est au stress et à l’agressivité. Son niveau dans le sang est directement lié à notre capacité de gestion du stress et à la qualité de nos relations sociales. »

 

Céline Rivière, psychologue et neuropsychologue[22]Marlène Duretz, « Pourquoi il ne faut pas oublier les câlins », M, le magazine du Monde, 2016.

 

Si l’ocytocine était surtout connue pour sa fonction créatrice d’un lien d’attachement fort et durable entre la mère et son nouveau né[23]Feldman, R. et al. (2007). Evidence for a neuroendocrinological foundation of human affiliation: plasma oxytocin levels across pregnancy and the postpartum period predict mother-infant bonding., les recherches des dernières années montrent qu’elle garde un rôle prépondérant à l’âge adulte.

Certains chercheurs, comme Paul Zak, estiment qu’elle nous aide à vivre en société parce qu’elle est à la base des sentiments de confiance et d’empathie.

 

Paul Zak lors de son TED talk sur l'ocytocine

Paul Zak lors de son TED talk sur l’ocytocine

 

L’ocytocine n’intervient toutefois pas seule dans ce processus. Un contact physique affectif produit un deuxième changement neurobiologique à travers l’activation du système opioïde du cerveau[24]Machin, A.J. & Dunbar, R.I.M. (2011). The brain opioid theory of social attachment: a review of the evidence. [25]McGlone, F. et al. (2014). Discriminative and affective touch: sensing and feeling. et l’augmentation de la libération de neurotransmetteurs comme l’endorphine[26]Keverne, E.B. et al. (1989). Beta-endorphin concentrations in cerebrospinal fluid of monkeys are influenced by grooming relationships., la sérotonine et la dopamine[27]Field, T. et al. (2004). Massage therapy effects on depressed pregnant women. [28]Hernandez-Reif, M. et al. (2004). Breast cancer patients have improved immune and neuroendocrine functions following massage therapy..

 

Synapses s’échangeant des neurotransmetteurs

Synapses s’échangeant des neurotransmetteurs

 

Or, de manière assez similaire à l’ocytocine, ces neurotransmetteurs sont très importants pour notre bien-être parce qu’ils atténuent le stress[29]Stein, C., Schäfer, M., & Machelska, H. (2003). Attacking pain at its source: New perspectives on opioids., améliorent l’humeur en suscitant des émotions positives[30]Naranyan, S. et al. (2004). Endogenous opioids mediate basal hedonic tone independent of dopamine. et en activant le système de récompense[31]Le Merrer, J., Becker, J. A., Befort, K., & Kieffer, B. L. (2009). Reward processing by the opioid system in the brain. [32]Roth-Deri, I., Green-Sadan, T., & Yadid, G. (2008). β-endorphin and drug-induced reward and reinforcement. et ils facilitent la création et le renforcement de lien social[33]Depue, R. A., & Morrone-Strupinsky, J. V. (2005). A neurobehavioral model of affiliative bonding: Implications for conceptualizing a human trait of affiliation. [34]Dunbar, R. I. M. (2010). The social role of touch in humans and primates: Behavioral function and neurobiological mechanisms. [35]Panksepp, J., Herman, B. H., Vilberg, T., Bishop, P., & DeEskinazi, F. G. (1981). Endogenous opioids and social behavior..

La nature neurobiologique de ces processus fait qu’ils opèrent quelle que soit la proximité affective que l’on a avec la personne qui est à l’origine du contact[36]Lindgren, L., Westling, G., Brulin, C., Lehtipalo, S., Andersson, M., & Nyberg, L. (2011). Pleasant human touch is represented in pregenual anterior cingulate cortex. [37]Moyer, C. A., Rounds, J., & Hannum, J. W. (2004). A meta-analysis of massage therapy research.. Autrement dit, que ce soit un partenaire sentimental, un ami, un membre de notre famille ou une infirmière qui nous donne un geste tactile affectif, ces mécanismes et leurs effets positifs seront déclenchés.

Dans ces conditions, on pourrait penser que les bénéfices du toucher se limitent essentiellement à des réactions gratifiantes immédiates et superficielles. C’est faux : son impact sur notre santé physique, notre bien-être émotionnel et nos interactions sociales est tel qu’il donne aux personnes qui savent utiliser le toucher affectif un avantage déterminant et durable.

 

Un inhibiteur de stress

L’ensemble des recherches corrélationnelles et expérimentales qui portent sur le toucher affectif montrent qu’il est associé à un stress quotidien plus bas[38]Burleson, M. H., Trevathan, W. R., & Todd, M. (2007). In the mood for love or vice versa? Exploring the relations among sexual activity, physical affection, affect, and stress in the daily lives of mid-aged women. [39]Floyd, K., Boren, J. P., Hannawa, A. F., Hesse, C., McEwan, B., & Veksler, A. E. (2009). Kissing in marital and cohabitating relationships: Effects on blood lipids, stress, and relationship satisfaction. [40]Holt-Lunstad, J., Birmingham, W., & Light, B. Q. (2008). Influence of a “warm touch” support enhancement intervention among married couples on ambulatory blood pressure, oxytocin, alpha amylase, and cortisol. et à une plus faible réactivité au stress[41]Ditzen, B., Neumann, I. D., Bodenmann, G., von Dawans, B., Turner, R. A., Ehlert, U., & Heinrichs, M. (2007). Effects of different kinds of couple interaction on cortisol and heart rate responses to stress in women. [42]Light, K. C., Grewen, K. M., & Amico, J. A. (2005). More frequent partner hugs and higher oxytocin levels are linked to lower blood pressure and heart rate in premenopausal women..

Par exemple, une étude a montré que les participants qui avaient reçu un contact physique affectif de la part de leur partenaire sentimental avant qu’ils donnent un discours stressant présentaient une pression artérielle et un rythme cardiaque plus bas que les personnes qui n’avaient pas eu cette interaction. Fait intéressant, les personnes qui avaient reçu un soutien tactile avaient un rythme cardiaque plus lent que les personnes qui avaient reçu un soutien verbal[43]Grewen, K. M., Anderson, B. J., Girdler, S. S., & Light, K. C. (2003). Warm partner contact is related to lower cardiovascular reactivity.. Dans une expérience similaire, on a mesuré que, face à une tâche stressante, l’augmentation du rythme cardiaque des participants qui recevaient plus de “hugs” au cours de leurs interactions quotidiennes était plus faible que chez ceux qui en recevaient moins ou pas du tout[44]Light, K. C. et al. (2005). More frequent partner hugs and higher oxytocin levels are linked to lower blood pressure and heart rate in premenopausal women..

 

Le toucher affectif neutralise certains effets du stress et de la peur

Le toucher affectif neutralise certains effets du stress et de la peur

 

Le toucher présente aussi un avantage dans les situations qui sont sources de peur : dans une étude[45]Coan, J.A., Schaefer, H.S., & Davidson, R.J. (2006). Lending a Hand – Social Regulation of the Neural Response to Threat., on a demandé à des participants de s’allonger dans un scanner et on leur annonça qu’ils allaient recevoir une décharge électrique de manière inopinée. Sans surprise, on a observé chez eux que les régions du cerveau associées à la menace et au stress étaient activées. En revanche, les participants dont leur partenaire leur caressait le bras n’avaient pas cette réaction : le toucher avait “éteint” l’effet induit par la menace.

Par ailleurs, les effets positifs du toucher affectif sur le stress ne s’observent pas seulement dans des situations spécifiques et ponctuelles : ils s’établissent de manière profonde et pérenne dans l’organisme. Des études menées sur des rats ont montré que ceux qui ont beaucoup été léchés et toilettés par leurs mères lorsqu’ils étaient petits sont devenus des rats adultes plus calmes, plus résilients face au stress et qu’ils ont développé des systèmes immunitaires plus résistants[46]Caldji, C., Tannenbaum, B., Sharma, S., Francis, D., Plotsky, P. M., & Meaney, M. J. (1998). Maternal care during infancy regulates the development of neural systems mediating the expression of fearfulness in the rat. [47]Champagne, F.A., Francis, D.D., Mar, A., & Meaney, M.J. (2003). Variations in maternal care in the rat as a mediating influence for the effects of environment on development..

 

Un moteur de prévention et d’amélioration de la santé physique

Les recherches montrent que les personnes qui reçoivent des marques d’affection par le toucher sont en meilleure santé : elles présentent notamment moins de symptômes somatiques, un système immunitaire plus résistant et une pression artérielle et des niveaux de cholestérol plus bas.

Ces qualités se retrouvent dans tout type de contextes et en particulier chez les couples : une étude a montré que les personnes qui, au cours d’une journée spécifique, se donnaient plus d’affection physique que d’habitude avec leur partenaire sentimental rapportaient, le lendemain, une réduction de symptômes somatiques comme des douleurs physiques, de l’urticaire, des insomnies ou des troubles intestinaux[48]Stadler, G., Snyder, K. A., Horn, A. B., Shrout, P. E., & Bolger, N. P. (2012). Close relationships and health in daily life: A review and empirical data on intimacy and somatic symptoms.. De la même manière, une étude[49]Floyd, K. et al. (2009). Kissing in marital and cohabitating relationships: Effects on blood lipids, stress, and relationship satisfaction. a constaté que les couples qui se sont mis à s’embrasser plus souvent pendant une période de 6 semaines présentaient des niveaux de cholestérol moins élevés à la fin de l’expérimentation ainsi que 6 mois après l’étude. Enfin, des hommes qui ont participé à une étude d’un mois qui consistait à faire preuve de davantage de toucher affectif dans leur couple ont vu leur pression artérielle systolique diminuer de manière significative[50]Holt-Lunstad, J., Birmingham, W., & Light, B. Q. (2008). Influence of a “warm touch” support enhancement intervention among married couples on ambulatory blood pressure, oxytocin, alpha amylase, and cortisol..

Le toucher affectif renforce également nos défenses contre les agressions virales : une étude[51]Cohen, S. (2015). Does hugging provide stress-buffering social support? A study of susceptibility to upper respiratory infection and illness. a montré que, parmi un échantillon de personnes exposées au virus du rhume, celles qui avaient reçu davantage d’accolades ou de “hugs” pendant les 2 semaines précédant l’expérimentation avaient moins de chance de tomber malade. De plus, parmi les personnes qui avaient contracté l’infection, celles qui avaient reçu des marques de toucher affectif avant l’exposition au virus avaient développé des formes de rhume moins sévères. En fait, les auteurs de l’étude ont montré que le fait de recevoir des accolades protègent les individus des symptômes du rhume en atténuant l’impact des facteurs de stress qui agissent négativement sur nos défenses immunitaires.

 

Se donner des “hugs” régulièrement améliore notre santé

Se donner des “hugs” régulièrement améliore notre santé

 

Notons que l’on retrouve également ces bienfaits lorsque l’on se fait masser régulièrement : on a observé chez les personnes ayant reçu une série de massages une réduction du rythme cardiaque, de la pression artérielle et des niveaux de cortisol (une hormone associée au stress) ainsi qu’une amélioration de leurs défenses immunitaires[52]Field, T. (2010). Touch for socioemotional and physical well-being: A review..

Enfin, le toucher est d’autant plus bénéfique pour la santé qu’il intervient dès la naissance ou pendant la petite enfance[53]Conde-Agudelo, A., Belizán, J. M., & Diaz-Rosello, J. (2012). Kangaroo mother care to reduce morbidity and mortality in low birthweight infants. [54]Feldman, R., Rosenthal, Z., & Eidelman, A. I. (2014). Maternal preterm skin-to-skin contact enhances child physiologic organization and cognitive control across the first 10 years of life. [55]Ludington-Hoe, S. M., & Swinth, J. Y. (1996). Developmental aspects of kangaroo care..

Des recherches ont ainsi montré que les bébés prématurés qui ont reçu trois sessions quotidiennes de massage thérapeutique de 15 minutes pendant 10 jours ont pris 47% de poids de plus que les bébés qui avaient seulement reçu un traitement médical classique[56]Field, T. et al. (2010.) Preterm Infant Massage Therapy Research: A Review.. Une autre étude a montré que les nourrissons qui ont reçu un contact peau à peau avec leur mère de manière prolongée pendant 2 semaines avaient un système nerveux autonome plus fonctionnel et que les bénéfices de santé qu’ils avaient acquis grâce au toucher affectif reçu de leur mère étaient toujours présents 6 mois et 10 ans après l’intervention[57]Feldman, R. et al. (2014). Maternal preterm skin-to-skin contact enhances child physiologic organization and cognitive control across the first 10 years of life..

 

Un bébé dans les bras d'une personne adulte

Certaines maternités font appel à des volontaires qui portent les bébés prématurés pour s’assurer qu’ils soient au contact de quelqu’un lorsque les infirmières ou les parents ne sont pas présents

 

Le toucher est tellement important pendant l’enfance que des recherches révèlent qu’une proportion très élevée des enfants qui ont grandi dans un orphelinat où ils ont manqué d’attention tactile et de soins affectifs présentent des troubles du comportement et des déficiences morphologiques[58]Pollak, S.D. (2010). Neurodevelopmental Effects of Early Deprivation in Post-Institutionalized Children. [59]Frank, D.A., Klass, P.E., Earls, F., & Eisenberg, L. (1996). Infants and young children in orphanages: One view from pediatrics and child psychiatry..

Ces effets peuvent d’ailleurs persister plusieurs années après leur sortie de l’orphelinat : une étude[60]Gunnar, M.R., Morison, S.J., Chisholm, K., & Schuder, M. (2001). Salivary cortisol levels in children adopted from romanian orphanages. qui a porté sur des enfants de 6 à 12 ans ayant vécu dans un orphelinat a montré que ceux qui y ont séjourné pendant plus de 8 mois avaient des niveaux de cortisol (une hormone associée au stress) beaucoup plus élevés que ceux qui avaient été adoptés avant l’âge de 4 mois.

 

Le toucher affectif aide à nous sentir en sécurité

De nombreuses études établissent que le toucher affectif rassure les enfants en leur offrant un sentiment de sécurité[61]Duhn, L. (2010). The importance of touch in the development of attachment. [62]Gurol, A., & Polat, S. (2012). The effects of baby massage on attachment between mother and their infants. [63]Hertenstein, M. J., & Campos, J. J. (2001). Emotion regulation via maternal touch. [64]Lowinger, S., Dimitrovsky, L., Strauss, H., & Mogilner, C. (1995). Maternal social and physical contact: Links to early infant attachment behaviors., mais qu’en est-il chez les adultes ?

En accord avec les principes de la théorie de l’attachement, les individus se sentent en sécurité à travers des expériences sociales répétées où d’autres personnes leur montrent de la disponibilité et de l’attention[65]Baldwin, M. W. (1992). Relational schemas and the processing of social information. [66]Bretherton, I. (1985). Attachment theory: Retrospect and prospect. [67]Bowlby, J. (1988). A secure base. [68]Carnelley, K. B., & Rowe, A. C. (2007). Repeated priming of attachment security influences later views of self and relationships. [69]Gillath, O., Selcuk, E., & Shaver, P. R. (2008). Moving toward a secure attachment style: Can repeated security priming help?. Offrant précisément ces attributs, des recherches récentes ont confirmé que le toucher affectif sécurise également les personnes adultes : une étude a montré que, lorsque l’on posait la main pendant une seconde sur l’épaule d’un participant alors qu’on lui tendait un document à remplir, son niveau d’angoisse diminuait de manière significative[70]Koole, S. L., Sin, M. T. A., & Schneider, I. K. (2013). Embodied terror management: Interpersonal touch alleviates existential concerns among individuals with low self-esteem..

 

Une tape sur l’épaule indique un “j’assure tes arrières” qui met en sécurité

Une tape sur l’épaule indique un “j’assure tes arrières” qui met en sécurité

 

L’effet sécurisant du toucher est tellement intégré qu’il agit même lorsque nous ne sommes pas réellement touché : deux études ont ainsi observé que le simple fait d’imaginer des expériences de toucher affectif[71]Jakubiak, B. K., & Feeney, B. C. (2016). A sense of security: Touch promotes state attachment security. ou de voir des photos de personnes se donnant une accolade[72]Mikulincer, M., & Shaver, P. R. (2007b). Boosting attachment security to promote mental health, prosocial values, and intergroup tolerance. procurait bel et bien un sentiment de sécurité chez les participants.

Rappelons que le sentiment de sécurité fait partie des besoins primaires des êtres humains et qu’il est un prérequis fondamental au bien-être de toute personne.

 

Un catalyseur de sentiment d’appartenance et d’inclusion sociale

Créer et cultiver des relations proches est un besoin humain fondamental[73]Baumeister, R. F., & Leary, M. R. (1995). The need to belong: Desire for interpersonal attachments as a fundamental human motivation. [74]Coan, J. A. (2010). Adult attachment and the brain. [75]Deci, E. L., & Ryan, R. M. (2000). The “what” and “why” of goal pursuits: Human needs and the self-determination of behavior. qui, lorsqu’il est satisfait, permet aux individus de sentir inclus. Or ce sentiment d’inclusion est un critère déterminant dans notre capacité à nous épanouir[76]Feeney, B. C., & Collins, N. L. (2015). A new look at social support: A theoretical perspective on thriving through relationships..

 

Les contacts physiques sont particulièrement présents dans les groupes où la cohésion est importante

Les contacts physiques sont particulièrement présents dans les groupes où la cohésion est importante

 

En recevant un contact physique affectif – indicateur fort de proximité émotionnelle et physique – nous nous souvenons que nous appartenons à un groupe social[77]Singer, J. A., & Salovey, P. (1988). Mood and memory: Evaluating the network theory of affect..

 

Le toucher affectif nous donne le sentiment d’être soutenu

Lorsque nous sommes inclus dans un groupe, nous avons tendance à croire que les autres membres de ce groupe seront susceptibles de nous apporter un soutien si nous en avons besoin[78]Arriaga, X. B., Goodfriend, W., & Lohmann, A. (2004). Beyond the individual: Concomitants of closeness in the social and physical environment. [79]Coan, J. A. (2010). Adult attachment and the brain.. Ce sentiment de soutien disponible, activé par les formes affectives de toucher, a des effets puissants sur la réduction du stress, l’autonomisation et le développement des personnes.

 

Une estime de soi renforcée

Se sentir accepté et valorisé par l’intermédiaire du toucher affectif a pour résultat indirect un renforcement de l’estime de soi chez les personnes qui en sont destinataires. Des études récentes[80]Leary, M. R., & Baumeister, R. F. (2000). The nature and function of self-esteem: Sociometer theory. [81]Leary, M. R., Tambor, E. S., Terdal, S. K., & Downs, D. L. (1995). Self-esteem as an interpersonal monitor: The sociometer hypothesis. comparent le fonctionnement de l’estime de soi à celui d’une jauge qui suit et mesure la qualité de nos interactions sociales : plus nous considérons apporter de la valeur relationnelle, plus nous sommes susceptibles d’avoir une haute estime de nous-mêmes.

 

L’estime de soi est renforcée par les gestes tactiles affectifs parce qu’ils indiquent que nous avons de la valeur pour l’autre

L’estime de soi est renforcée par les gestes tactiles affectifs parce qu’ils indiquent que nous avons de la valeur pour l’autre

 

Selon ce mécanisme, nous faisons l’expérience d’émotions négatives et d’une mauvaise estime de nous-mêmes lorsque nous manquons de connexions sociales adéquates. Or, étant donné que le toucher affectif indique une connexion sociale proche, les individus qui l’utilisent sont susceptibles de vivre davantage d’émotions positives et d’avoir une estime d’eux-mêmes plus élevée[82]Koole, S. L., Sin, M. T. A., & Schneider, I. K. (2013). Embodied terror management: Interpersonal touch alleviates existential concerns among individuals with low self-esteem. [83]Gillath, O., Selcuk, E., & Shaver, P. R. (2008). Moving toward a secure attachment style: Can repeated security priming help?. Précisons qu’une bonne estime de soi est une condition essentielle au bonheur d’une personne[84]Myers, D. G., & Diener, E. (1995). Who is happy?.

 

Des relations de meilleure qualité

Avoir des relations interpersonnelles riches et fortes est le facteur de bonheur le plus important pour la plupart des individus[85]Myers, D. G., & Diener, E. (1995). Who is happy? [86]Ryff, C. D. (1989). Happiness is everything, or is it? Explorations on the meaning of psychological well-being.. Cela s’explique en partie par le fait que ce type de relations nous procurent un sentiment global de sécurité et de soutien qui forme une base propice à l’épanouissement.

 

« La qualité émotionnelle de la caresse véhicule un sentiment très important qui sous-tend de nombreuses interactions sociales. »

 

Francis McGlone, de l’université John Moores de Liverpool, un des spécialistes du domaine

 

Les recherches montrent en effet que les personnes qui reçoivent des signaux d’acceptation, de proximité et d’inclusion rapportent une humeur plus positive et régulent leurs émotions plus efficacement que les personnes qui n’en récoltent pas[87]Gillath, O., Selcuk, E., & Shaver, P. R. (2008). Moving toward a secure attachment style: Can repeated security priming help? [88]Mikulincer, M., Hirschberger, G., Nachmias, O., & Gillath, O. (2001). The affective component of the secure base schema: Affective priming with representations of attachment security. [89]Selcuk, E., Zayas, V., Günaydin, G., Hazan, C., & Kross, E. (2012). Mental representations of attachment figures facilitate recovery following upsetting autobiographical memory recall..

En véhiculant précisément ces qualités, le toucher affectif est un procédé remarquable pour développer des relations sociales de grande qualité.

 

Des relations de couple plus vivantes

Il va sans dire que les relations de couple gagnent en qualité lorsque les deux partenaires se témoignent régulièrement de l’affection à travers le toucher : ils font état d’un meilleur bien-être psychologique[90]Debrot, A. et al. (2013). Touch as an interpersonal emotion regulation process in couples’ daily lives: the mediating role of psychological intimacy., de niveaux de stress et de dépression plus bas[91]Floyd, K., Boren, J. P., Hannawa, A. F., Hesse, C., McEwan, B., & Veksler, A. E. (2009). Kissing in marital and cohabitating relationships: Effects on blood lipids, stress, and relationship satisfaction. [92]Massage therapy reduces pain in pregnant women, alleviates prenatal depression in both parents and improves their relationships. et se déclarent plus satisfaits de leur relation[93]Dainton, M., Stafford, L., & Canary, D. J. (1994). Maintenance strategies and physical affection as predictors of love, liking, and satisfaction in marriage. [94]Gulledge, A. K., Gulledge, M. H., & Stahmann, R. F. (2003). Romantic physical affection types and relationship satisfaction..

 

Le niveau de toucher affectif dans un couple est à la fois un indicateur de la santé de la relation et un moteur de développement du lien

Le niveau de toucher affectif dans un couple est à la fois un indicateur de la santé de la relation et un moteur de développement du lien

 

De manière très logique, les personnes qui vivent un mariage ou une relation sentimentale riche et satisfaisante se sentent plus heureuses[95]Myers, D. G., & Diener, E. (1995). Who is happy?.

 

Le toucher affectif développe la confiance, la générosité et la coopération

Dans des contextes beaucoup plus collectifs, le toucher affectif présente des avantages socio-économiques intéressants parce qu’il promeut la confiance ainsi que des comportements de générosité et de coopération.

Pendant une étude menée par Robert Kurzban[96]Kurzban, R. (2001). The Social Psychophysics of Cooperation: Nonverbal Communication in a Public Goods Game., on a demandé à des participants de jouer au “dilemme du prisonnier”. Il s’agit d’un jeu où deux participants peuvent choisir de coopérer ou de s’opposer pour obtenir une somme d’argent. Juste avant que le jeu débute, un chercheur a gentiment touché un des participants en lui donnant une simple tape dans le dos. Ce geste a été décisif dans l’issue du jeu puisque les participants qui ont été touchés par le chercheur ont adopté un comportement beaucoup plus coopératif avec leur partenaire : ils ont plus souvent choisi de partager la somme d’argent plutôt que de vouloir obtenir la totalité.

 

Le toucher nous aide à favoriser les approches collaboratives basées sur la compréhension mutuelle

Le toucher nous aide à favoriser les approches collaboratives basées sur la compréhension mutuelle

 

Dans une autre étude[97]Kleinke, C.L. (1977). Compliance to requests made by gazing and touching experimenters in field settings., on a observé dans quelle mesure des utilisateurs d’une cabine téléphonique étaient susceptibles de rendre des pièces de monnaie qui avaient volontairement été laissées en évidence à l’intérieur de la cabine. Lorsqu’ils en sortaient, un complice les approchait et leur demandait s’ils avaient trouvé les pièces qu’il avait laissées. Les résultats sont éloquents : 51% des personnes à qui le complice avait touché le bras les lui rendaient alors que c’était seulement le cas de 29% des personnes à qui il n’avait pas touché le bras.

Ce type de bénéfices s’appliquent bien entendu dans des contextes classiques comme le couple, la famille ou le travail mais aussi dans des cadres plus inattendus comme sur un terrain de basket : une étude récente[98]Kraus, M.W., Huang, C., & Keltner, D. (2010). Tactile Communication, Cooperation, and Performance: An Ethological Study of the NBA. réalisée par des chercheurs de l’Université de Berkeley a montré que les équipes de basket de NBA dont les joueurs se touchent plus souvent se font plus confiance, coopèrent et performent mieux que les autres équipes. Au sein des meilleures équipes du championnat NBA, on compte 50% de contacts en plus (tape amicale, étreinte, “high five”, “chest-bump”, etc.) entre les joueurs.

 

Deux joueurs de basket se font un “high five”

Deux joueurs de basket se font un “high five”

 

Le milieu scolaire peut également bénéficier des effets positifs du toucher affectif comme le montre une étude[99]Guéguen, N. (2004). Nonverbal Encouragement of Participation in a Course: the Effect of Touching. menée dans une salle de classe par le chercheur français Nicolas Guéguen : lorsque l’instituteur donnait une tape dans le dos aux élèves de manière bienveillante et encourageante, ces derniers participaient trois fois plus à l’oral.

 

Et dans le monde du travail ?

En comparaison avec la sphère individuelle, il existe relativement peu de travaux qui portent sur le toucher affectif dans la sphère professionnelle. Cela s’explique essentiellement par le fait que, dans beaucoup de cultures, le toucher est considéré comme tabou sur le lieu de travail. En effet, les dispositions légales et réglementaires qui portent sur le harcèlement sexuel peuvent dissuader les managers d’utiliser le toucher pour communiquer avec leurs subordonnés[100]Richmond, V.P., McCroskey, J.C., & Hickson III, M.L. (2012). Nonverbal Behavior in Interpersonal Relations, 7th Edition.. Il s’avère toutefois que les adultes savent généralement bien distinguer les comportements sexuellement suggestifs des comportements simplement amicaux[101]Shotland, R. L., & Craig, J. M. (1988). Can men and women differentiate between friendly and sexually interested behavior?.

Bien que certains types de contacts physiques (la poignée de main, la tape sur le dos, le “high-five”, etc.) soient à la fois autorisés et naturellement acceptés en entreprise, les enjeux d’une utilisation plus large du toucher affectif restent largement méconnus du monde du travail.

 

Les “high five” et “check” sont naturellement admis sur le lieu de travail

Les “high five” et “check” sont naturellement admis sur le lieu de travail

 

Rejeter la possibilité que le toucher affectif puisse être utilisé de manière appropriée pour obtenir des résultats positifs en entreprise, c’est faire l’impasse sur quatre points importants :

1.  Comme vu plus haut, le toucher est un besoin humain.

2.  Les bénéfices psychologiques et physiologiques comme la réduction de l’anxiété et des symptômes dépressifs ainsi que la présence plus importante d’émotions positives[102]Field, T.M. (1995). Touch in Early Development. sont évidemment utiles à l’entreprise.

3.  Les bénéfices socio-économiques comme la bienveillance, l’entraide[103]Goldman, M., & Fordyce, J. (1983). Prosocial behavior as affected by eye contact, touch, and voice expression. et la collaboration[104]Kleinke, C. L. (1977). Compliance to requests made by gazing and touching experimenters in field settings. sont également profitables au bon fonctionnement des organisations.

4.  Enfin, le toucher est un excellent moyen pour communiquer les sentiments et les émotions[105]Richmond, V.P., McCroskey, J.C., & Hickson III, M.L. (2012). Nonverbal Behavior in Interpersonal Relations, 7th Edition..

 

Les “hugs” sont de plus en plus acceptés dans les entreprises de culture anglo-saxonne

Les “hugs” sont de plus en plus acceptés dans les entreprises de culture anglo-saxonne

 

Or ces quatre éléments contribuent tous au développement de relations sociales positives[106]Heaphy, E.D. (2007). Bodily insights: Three lenses on positive organizational relationships. qui sont essentielles au bien-être des collaborateurs et au fonctionnement optimal des organisations[107]Dutton, J. E., & Heaphy, E. D. (2003). The power of high-quality connections..

 

 

 Les recommandations du Ministère du Bonheur

Les recherches sur le toucher nous livrent un enseignement précieux : la peau n’est pas qu’un organe sensoriel, c’est également un organe social en étant le point de départ de processus neurobiologiques qui encodent et récompensent les interactions à travers le toucher – la démonstration de cette conclusion est très récente, elle date des années 2010[108]Morrison, I. et al. (2010). The skin as a social organ. [109]Walker, S.C., & McGlone, F.P. (2013). The social brain: neurobiological basis of affiliative behaviours and psychological well-being..

Ces mécanismes complexes nous apportent des bénéfices aussi imperceptibles que puissants : le toucher nous rend plus joyeux, plus résilients, plus apaisés, plus sûrs de nous-mêmes, plus sociaux et plus pacifiques et efficaces collectivement. Bref, des bienfaits de taille pour notre bonheur.

Pour que vous puissiez en profitez, le Ministère du Bonheur propose, de manière non exhaustive, les recommandations suivantes :

1.  Si vous ne vous sentez pas à l’aise aujourd’hui à l’idée de toucher des personnes ou à changer vos comportements en la matière, inutile de culpabiliser ou de vous forcer : acceptez votre rapport actuel au toucher. Nous vous proposons toutefois de sortir de votre zone de confort en faisant preuve de curiosité : c’est en osant faire des petits pas tout simples que vous réussirez à surmonter vos propres résistances. En effet, comme pour beaucoup de traits, le toucher affectif est une compétence sociale qui s’appréhende et s’apprend : on ne naît pas tactile, on le devient.

2.  Prendre conscience de ses idées préconçues, de ses représentations et de ses croyances est un préalable indispensable pour s’en affranchir. Or, s’agissant du toucher, les pensées limitantes du type  “elle va penser que je la drague”, “je ne suis pas tactile, ce n’est juste pas dans ma nature” ou “deux hommes qui se font une accolade, c’est la honte” sont légion. Ce processus de reconnaissance de vos a prioris vous aidera à lâcher prise, à relativiser et à ne pas en faire tout un plat.

3.  Si vous êtes décidé à expérimenter ou à développer cet aspect, identifiez des personnes de votre entourage dont vous vous sentez suffisamment proches. A minima, vous leur serrez déjà la main ou leur faites déjà la bise : vous disposez donc d’une base tactile existante avec elles. Dès qu’une expérience suscite des émotions et de l’affect, elle présente inévitablement des opportunités de faire usage du toucher affectif. Par conséquent, la prochaine fois qu’une de ces personnes partage avec vous sa joie, ses encouragements ou son inquiétude : saisissez cette occasion pour lui donner un “high-five”, une tape sur l’épaule ou une accolade. En développant peu à peu cette attitude, tous ces gestes deviendront des habitudes et des réflexes intégrés : vous adopterez alors les traits d’une personne tactile.

4.  Le fait d’apprécier une expérience positive au moment même où elle intervient suscite davantage d’émotions positives, aide à contrecarrer le biais de négativité et a des effets très bénéfiques sur le cerveau et le bonheur des personnes[110]Hanson, R. (2013). Hardwiring Happiness: The New Brain Science of Contentment, Calm, and Confidence. [111]Quoidbach, J., Berry, E.V., Hansenne, M., & Mikolajczak, M. (2010). Positive emotion regulation and well-being: comparing the impact of eight savoring and dampening strategies. [112]Seligman, M.E., Rashid, T., & Parks, A.C. (2006). Positive psychotherapy.. Lorsque vous recevez un geste tactile affectif assez long comme une accolade ou un massage, portez votre attention sur le moment présent et les sensations agréables qui sont associées au toucher.

5.  Une gêne vis-à-vis du toucher peut provenir d’une connexion insuffisante et d’un rapport insatisfait voire troublé que l’on entretient avec son corps[113]Gentsch, A., Crucianelli, L., Jenkinson, P., & Fotopoulou, A. (2016). The Touched Self: Affective Touch and Body Awareness in Health and Disease.. Il existe de nombreuses activités (sport, danse, yoga, “câlinothérapie”, massage, etc.) qui permettent de reprendre contact avec son corps, de développer un sens positif de sa corporalité, et, ce faisant, de mieux accepter le contact des autres.

6.  Enfin, tenez compte des différentes sensibilités : de part leur personnalité ou leur culture, certaines personnes sont moins prêtes que d’autres à être touchées et il est important de le garder à l’esprit. Dans tous les cas, faites usage du bon sens que les circonstances exigent.

Recevez d’autres contenus

Inscrivez-vous à la newsletter du Ministère du Bonheur pour recevoir gratuitement les contenus que nous produisons et être informé·e de nos événements.

Références   [ + ]

1. Jourard, S. (1966). An Exploratory Study of Body-Accessibility.
2. Suvilehto, J.T. et al. (2015). Topography of social touching depends on emotional bonds between humans.
3. Floyd, K. (2006). Communicating affection: Interpersonal behavior and social context.
4. Olausson, H. et al. (2016). Affective Touch and the Neurophysiology of CT Afferents.
5. Ackerley, R. et al. (2014). Human C-Tactile Afferents Are Tuned to the Temperature of a Skin-Stroking Caress.
6. McGlone, F., Wessberg, J., & Olausson, H. (2014). Discriminative and affective touch: Sensing and feeling.
7. Gordon, I. et al. (2011). Brain mechanisms for processing affective touch.
8. McGlone, F. et al. (2012). Touching and feeling: differences in pleasant touch processing between glabrous and hairy skin in humans.
9. Rolls, E.T. et al. (2003). Representations of pleasant and painful touch in the human orbitofrontal and cingulate cortices.
10. Rolls, E.T. (2000). The Orbitofrontal Cortex and Reward.
11. Löken, L.S., Wessberg, J., Morrison, I., McGlone, F., & Olausson, H. (2009). Coding of pleasant touch by unmyelinated afferents in humans.
12. Morrison, I., Björnsdotter, M., & Olausson, H. (2011). Vicarious responses to social touch in posterior insular cortex are tuned to pleasant caressing speeds.
13. Uvnäs-Moberg, K. et al. (2005). The psychobiology of emotion: the role of the oxytocinergic system.
14. Insel, T.R. et al. (1992). Oxytocin–a neuropeptide for affiliation: evidence from behavioral, receptor autoradiographic, and comparative studies.
15. Light, K.C. et al. (2005). More frequent partner hugs and higher oxytocin levels are linked to lower blood pressure and heart rate in premenopausal women.
16. Holt-Lunstad, J. et al. (2008). Influence of a « warm touch » support enhancement intervention among married couples on ambulatory blood pressure, oxytocin, alpha amylase, and cortisol.
17. Smith, A.S. (2012) Salubrious effects of oxytocin on social stress-induced deficits.
18. Kosfeld, M. et al. (2005). Oxytocin increases trust in humans.
19. Zak, P.J. et al. (2007). Oxytocin Increases Generosity in Humans
20. Ditzen, B. et al. (2009). Intranasal oxytocin increases positive communication and reduces cortisol levels during couple conflict.
21. Kubzansky, L.D. et al. (2012). A Heartfelt Response: Oxytocin Effects on Response to Social Stress in Men and Women.
22. Marlène Duretz, « Pourquoi il ne faut pas oublier les câlins », M, le magazine du Monde, 2016.
23. Feldman, R. et al. (2007). Evidence for a neuroendocrinological foundation of human affiliation: plasma oxytocin levels across pregnancy and the postpartum period predict mother-infant bonding.
24. Machin, A.J. & Dunbar, R.I.M. (2011). The brain opioid theory of social attachment: a review of the evidence.
25. McGlone, F. et al. (2014). Discriminative and affective touch: sensing and feeling.
26. Keverne, E.B. et al. (1989). Beta-endorphin concentrations in cerebrospinal fluid of monkeys are influenced by grooming relationships.
27. Field, T. et al. (2004). Massage therapy effects on depressed pregnant women.
28. Hernandez-Reif, M. et al. (2004). Breast cancer patients have improved immune and neuroendocrine functions following massage therapy.
29. Stein, C., Schäfer, M., & Machelska, H. (2003). Attacking pain at its source: New perspectives on opioids.
30. Naranyan, S. et al. (2004). Endogenous opioids mediate basal hedonic tone independent of dopamine.
31. Le Merrer, J., Becker, J. A., Befort, K., & Kieffer, B. L. (2009). Reward processing by the opioid system in the brain.
32. Roth-Deri, I., Green-Sadan, T., & Yadid, G. (2008). β-endorphin and drug-induced reward and reinforcement.
33. Depue, R. A., & Morrone-Strupinsky, J. V. (2005). A neurobehavioral model of affiliative bonding: Implications for conceptualizing a human trait of affiliation.
34. Dunbar, R. I. M. (2010). The social role of touch in humans and primates: Behavioral function and neurobiological mechanisms.
35. Panksepp, J., Herman, B. H., Vilberg, T., Bishop, P., & DeEskinazi, F. G. (1981). Endogenous opioids and social behavior.
36. Lindgren, L., Westling, G., Brulin, C., Lehtipalo, S., Andersson, M., & Nyberg, L. (2011). Pleasant human touch is represented in pregenual anterior cingulate cortex.
37. Moyer, C. A., Rounds, J., & Hannum, J. W. (2004). A meta-analysis of massage therapy research.
38. Burleson, M. H., Trevathan, W. R., & Todd, M. (2007). In the mood for love or vice versa? Exploring the relations among sexual activity, physical affection, affect, and stress in the daily lives of mid-aged women.
39. Floyd, K., Boren, J. P., Hannawa, A. F., Hesse, C., McEwan, B., & Veksler, A. E. (2009). Kissing in marital and cohabitating relationships: Effects on blood lipids, stress, and relationship satisfaction.
40. Holt-Lunstad, J., Birmingham, W., & Light, B. Q. (2008). Influence of a “warm touch” support enhancement intervention among married couples on ambulatory blood pressure, oxytocin, alpha amylase, and cortisol.
41. Ditzen, B., Neumann, I. D., Bodenmann, G., von Dawans, B., Turner, R. A., Ehlert, U., & Heinrichs, M. (2007). Effects of different kinds of couple interaction on cortisol and heart rate responses to stress in women.
42. Light, K. C., Grewen, K. M., & Amico, J. A. (2005). More frequent partner hugs and higher oxytocin levels are linked to lower blood pressure and heart rate in premenopausal women.
43. Grewen, K. M., Anderson, B. J., Girdler, S. S., & Light, K. C. (2003). Warm partner contact is related to lower cardiovascular reactivity.
44. Light, K. C. et al. (2005). More frequent partner hugs and higher oxytocin levels are linked to lower blood pressure and heart rate in premenopausal women.
45. Coan, J.A., Schaefer, H.S., & Davidson, R.J. (2006). Lending a Hand – Social Regulation of the Neural Response to Threat.
46. Caldji, C., Tannenbaum, B., Sharma, S., Francis, D., Plotsky, P. M., & Meaney, M. J. (1998). Maternal care during infancy regulates the development of neural systems mediating the expression of fearfulness in the rat.
47. Champagne, F.A., Francis, D.D., Mar, A., & Meaney, M.J. (2003). Variations in maternal care in the rat as a mediating influence for the effects of environment on development.
48. Stadler, G., Snyder, K. A., Horn, A. B., Shrout, P. E., & Bolger, N. P. (2012). Close relationships and health in daily life: A review and empirical data on intimacy and somatic symptoms.
49. Floyd, K. et al. (2009). Kissing in marital and cohabitating relationships: Effects on blood lipids, stress, and relationship satisfaction.
50. Holt-Lunstad, J., Birmingham, W., & Light, B. Q. (2008). Influence of a “warm touch” support enhancement intervention among married couples on ambulatory blood pressure, oxytocin, alpha amylase, and cortisol.
51. Cohen, S. (2015). Does hugging provide stress-buffering social support? A study of susceptibility to upper respiratory infection and illness.
52. Field, T. (2010). Touch for socioemotional and physical well-being: A review.
53. Conde-Agudelo, A., Belizán, J. M., & Diaz-Rosello, J. (2012). Kangaroo mother care to reduce morbidity and mortality in low birthweight infants.
54. Feldman, R., Rosenthal, Z., & Eidelman, A. I. (2014). Maternal preterm skin-to-skin contact enhances child physiologic organization and cognitive control across the first 10 years of life.
55. Ludington-Hoe, S. M., & Swinth, J. Y. (1996). Developmental aspects of kangaroo care.
56. Field, T. et al. (2010.) Preterm Infant Massage Therapy Research: A Review.
57. Feldman, R. et al. (2014). Maternal preterm skin-to-skin contact enhances child physiologic organization and cognitive control across the first 10 years of life.
58. Pollak, S.D. (2010). Neurodevelopmental Effects of Early Deprivation in Post-Institutionalized Children.
59. Frank, D.A., Klass, P.E., Earls, F., & Eisenberg, L. (1996). Infants and young children in orphanages: One view from pediatrics and child psychiatry.
60. Gunnar, M.R., Morison, S.J., Chisholm, K., & Schuder, M. (2001). Salivary cortisol levels in children adopted from romanian orphanages.
61. Duhn, L. (2010). The importance of touch in the development of attachment.
62. Gurol, A., & Polat, S. (2012). The effects of baby massage on attachment between mother and their infants.
63. Hertenstein, M. J., & Campos, J. J. (2001). Emotion regulation via maternal touch.
64. Lowinger, S., Dimitrovsky, L., Strauss, H., & Mogilner, C. (1995). Maternal social and physical contact: Links to early infant attachment behaviors.
65. Baldwin, M. W. (1992). Relational schemas and the processing of social information.
66. Bretherton, I. (1985). Attachment theory: Retrospect and prospect.
67. Bowlby, J. (1988). A secure base.
68. Carnelley, K. B., & Rowe, A. C. (2007). Repeated priming of attachment security influences later views of self and relationships.
69. Gillath, O., Selcuk, E., & Shaver, P. R. (2008). Moving toward a secure attachment style: Can repeated security priming help?
70. Koole, S. L., Sin, M. T. A., & Schneider, I. K. (2013). Embodied terror management: Interpersonal touch alleviates existential concerns among individuals with low self-esteem.
71. Jakubiak, B. K., & Feeney, B. C. (2016). A sense of security: Touch promotes state attachment security.
72. Mikulincer, M., & Shaver, P. R. (2007b). Boosting attachment security to promote mental health, prosocial values, and intergroup tolerance.
73. Baumeister, R. F., & Leary, M. R. (1995). The need to belong: Desire for interpersonal attachments as a fundamental human motivation.
74. Coan, J. A. (2010). Adult attachment and the brain.
75. Deci, E. L., & Ryan, R. M. (2000). The “what” and “why” of goal pursuits: Human needs and the self-determination of behavior.
76. Feeney, B. C., & Collins, N. L. (2015). A new look at social support: A theoretical perspective on thriving through relationships.
77. Singer, J. A., & Salovey, P. (1988). Mood and memory: Evaluating the network theory of affect.
78. Arriaga, X. B., Goodfriend, W., & Lohmann, A. (2004). Beyond the individual: Concomitants of closeness in the social and physical environment.
79. Coan, J. A. (2010). Adult attachment and the brain.
80. Leary, M. R., & Baumeister, R. F. (2000). The nature and function of self-esteem: Sociometer theory.
81. Leary, M. R., Tambor, E. S., Terdal, S. K., & Downs, D. L. (1995). Self-esteem as an interpersonal monitor: The sociometer hypothesis.
82. Koole, S. L., Sin, M. T. A., & Schneider, I. K. (2013). Embodied terror management: Interpersonal touch alleviates existential concerns among individuals with low self-esteem.
83. Gillath, O., Selcuk, E., & Shaver, P. R. (2008). Moving toward a secure attachment style: Can repeated security priming help?
84. Myers, D. G., & Diener, E. (1995). Who is happy?
85. Myers, D. G., & Diener, E. (1995). Who is happy?
86. Ryff, C. D. (1989). Happiness is everything, or is it? Explorations on the meaning of psychological well-being.
87. Gillath, O., Selcuk, E., & Shaver, P. R. (2008). Moving toward a secure attachment style: Can repeated security priming help?
88. Mikulincer, M., Hirschberger, G., Nachmias, O., & Gillath, O. (2001). The affective component of the secure base schema: Affective priming with representations of attachment security.
89. Selcuk, E., Zayas, V., Günaydin, G., Hazan, C., & Kross, E. (2012). Mental representations of attachment figures facilitate recovery following upsetting autobiographical memory recall.
90. Debrot, A. et al. (2013). Touch as an interpersonal emotion regulation process in couples’ daily lives: the mediating role of psychological intimacy.
91. Floyd, K., Boren, J. P., Hannawa, A. F., Hesse, C., McEwan, B., & Veksler, A. E. (2009). Kissing in marital and cohabitating relationships: Effects on blood lipids, stress, and relationship satisfaction.
92. Massage therapy reduces pain in pregnant women, alleviates prenatal depression in both parents and improves their relationships.
93. Dainton, M., Stafford, L., & Canary, D. J. (1994). Maintenance strategies and physical affection as predictors of love, liking, and satisfaction in marriage.
94. Gulledge, A. K., Gulledge, M. H., & Stahmann, R. F. (2003). Romantic physical affection types and relationship satisfaction.
95. Myers, D. G., & Diener, E. (1995). Who is happy?
96. Kurzban, R. (2001). The Social Psychophysics of Cooperation: Nonverbal Communication in a Public Goods Game.
97. Kleinke, C.L. (1977). Compliance to requests made by gazing and touching experimenters in field settings.
98. Kraus, M.W., Huang, C., & Keltner, D. (2010). Tactile Communication, Cooperation, and Performance: An Ethological Study of the NBA.
99. Guéguen, N. (2004). Nonverbal Encouragement of Participation in a Course: the Effect of Touching.
100. Richmond, V.P., McCroskey, J.C., & Hickson III, M.L. (2012). Nonverbal Behavior in Interpersonal Relations, 7th Edition.
101. Shotland, R. L., & Craig, J. M. (1988). Can men and women differentiate between friendly and sexually interested behavior?
102. Field, T.M. (1995). Touch in Early Development.
103. Goldman, M., & Fordyce, J. (1983). Prosocial behavior as affected by eye contact, touch, and voice expression.
104. Kleinke, C. L. (1977). Compliance to requests made by gazing and touching experimenters in field settings.
105. Richmond, V.P., McCroskey, J.C., & Hickson III, M.L. (2012). Nonverbal Behavior in Interpersonal Relations, 7th Edition.
106. Heaphy, E.D. (2007). Bodily insights: Three lenses on positive organizational relationships.
107. Dutton, J. E., & Heaphy, E. D. (2003). The power of high-quality connections.
108. Morrison, I. et al. (2010). The skin as a social organ.
109. Walker, S.C., & McGlone, F.P. (2013). The social brain: neurobiological basis of affiliative behaviours and psychological well-being.
110. Hanson, R. (2013). Hardwiring Happiness: The New Brain Science of Contentment, Calm, and Confidence.
111. Quoidbach, J., Berry, E.V., Hansenne, M., & Mikolajczak, M. (2010). Positive emotion regulation and well-being: comparing the impact of eight savoring and dampening strategies.
112. Seligman, M.E., Rashid, T., & Parks, A.C. (2006). Positive psychotherapy.
113. Gentsch, A., Crucianelli, L., Jenkinson, P., & Fotopoulou, A. (2016). The Touched Self: Affective Touch and Body Awareness in Health and Disease.
Share This